Face à une image dégradante de la femme qui s’affiche sur les murs à l’intérieur et à l’extérieur du lycée, pour inviter les étudiants à participer à la Winter Session du Maxi Club, deux étudiants ont choisi de réagir par une intervention poétique. La voici :

 

Les fesses à l’air, à l’envers

Humiliée, inférieure,

Son malheur faisant le bonheur

Des masculines ardeurs

Horreurs !

 

Une masse informe, se dessine,

Derrière un visage, un sourire, une idole,

Une idole qu’on immole,

Qu’on adore, qu’on viole, qu’on assassine.

 

C’est la vie.

Attiser les ardeurs défendues

Cœurs, âmes, esprits, perdus

ET tout noyer dans l’oubli.

 

Vendre, dans un tableau parfait,

De la chair en plastique, à consommer,

Hommes animaux, femmes LOGOtomisées

Esthétique manque éthique …

 

Colère et tristesse

Sentiments nobles face une image coupable.

Jeunesses à l’opium de l’opulence

Qui danse ?

 

Anonymous

wintersession