Des élèves de seconde C se sont prêtés au jeu de la critique littéraire. Avant de rencontrer l’auteur Velibor Colic, lundi 12 décembre, dans le cadre du prix littéraire du lycée, ils ont lu « Manuel d’Exil » et donnent leur avis,  encadrés par leur professeur de lettres, M. Gilly.

colic
Voici l’article d’Ihsène Mammeri:

Velibor Čolić, réfugié en France à Rennes en 1992, après avoir déserté l’armée bosniaque nous livre un récit aussi humoristique que poignant sur ses nombreuses années d’exil. Trente cinq chapitres qui correspondent aux trente cinq leçons annoncées dans le sous titre « Comment réussir son exil en trente cinq leçons ». A travers ces quelques chapitres ,Velibor Čolić nous conte l’histoire des ses nombreuse années en tant que déserteur bosniaque. Tout en nous donnant quelques astuces de survie, il ne perd pas son humour.

Mon ressenti est assez mitigé, à la lecture de la première page : c’est trop autobiographique. Alors que ma camarade Camille a déjà dévoré le livre en à peine trois jours, je commence à peine le mien . Mais sous les multiples obligations de M.Gilly et à l’incitation de ma camarade, je prends mon courage à deux mains pour reprendre ma lecture pas très entamée à ce moment-là. Inconsciemment, au fil des pages, je prends plaisir à lire ce livre très intéressant, touché par cet exil provoqué par le refus de tuer des personnes innocentes ou mêmes des enfants.

Je recommanderais aux grands lecteurs ou bien même aux grands fainéants comme moi ce livre, qui traite avec humour de la tragédie de la guerre civile et de l’exil.