J’aime le feu, j’aime les flammes,

Brûlures consumant les âmes,

Je suis Satan, dieu Criminel

Celui qui chût mille ans du ciel.

 

Je suis l’ombre de vos péchés, 

Le serpent au pied du pommier,

L’ange puni par le dieu Père

Et pris le nom de Lucifer.

 

J’ai traversé mille nuages

Frappé par les foudres de Dieu;

J’ai atterri sur le rivage

D’un enfer plus doux que ses yeux.

 

Là; nul mont ne touche le ciel,

C’est une prison hors du temps;

Les plumes Mortes de mes ailes

Font les flocons de nos printemps.

© Wikimediacommons : Le Génie du Mal de Guillaume Geefs à Liège en Belgique (1848)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je veille des êtres maudits

Cloués à des portes de fer

Auxquels mes démons tortionnaires

Viennent arracher mille cris.

 

Il ne m’importe pas qu’ils hurlent

En reprenant enfin de l’air,

Que l’on tue l’oeuvre d’une mère

Leur douleur fait de moi un Roi;

 

Je ris des remords qui pullulent,

Du sang des âmes sur les pierres,

Je me Fous de l’honneur d’un père

La renaissance n’est qu’à moi.

 

Leurs fautes nourrissent ma haine,

Leurs regrets font grandir mon ombre,

J’ai pour vocation inhumaine

De rendre la Lumière Sombre…

 

M.E.Ocean