Des élèves de seconde C se sont prêtés au jeu de la critique littéraire. Avant de rencontrer l’auteur Velibor Colic, lundi 12 décembre, dans le cadre du prix littéraire du lycée, ils ont lu « Manuel d’Exil » et donnent leur avis,  encadrés par leur professeur de lettres, M. Gilly.

colic

Voici l’article de Manel Begaga:

Dans le cadre du prix littéraire, j’ai lu Manuel d’exil, roman autobiographique de Velibor COLIC.

Velibor COLIC arrive en France en été 1992 à 28 ans et ne parle pas français. Son statut en France est assez dégradant. Ancien auteur connu dans son pays, il est ici considéré comme un analphabète. Le roman, Manuel d’exil, témoigne donc que Velibor a parfaitement appris à parler français durant ses années d’exil, et il va finalement retrouver un statut d’auteur en France.

Au début de ma lecture, le livre m’ennuyait un peu. Mais au fil du temps, le livre a commencé à me plaire car le style d’écriture était assez humoristique. Velibor aborde le sujet de son émigration avec de la légèreté et même de l’ironie ce qui donne l’impression que le thème du roman n’est pas « grave ». Le livre est vraiment présenté sous forme de guide pour réussir son exil comme certains passages de son livre intitulés « comment faire ses courses », « comment entrer dans le métro sans payer » ou « comment voler un blouson en cuir noir dans un grand magasin ».

Ce roman est très intéressant, car on apprend beaucoup de choses sur le pays d’origine de Velibor, la Bosnie et aussi sur les nombreuses épreuves vécues par les émigrés.