Des élèves de seconde C se sont prêtés au jeu de la critique, encadrés par leur professeur de lettres pour l’enseignement d’exploration « littérature et société », M. Gilly. Cela donne des textes originaux. A vous de juger!

Sous la forme d’une critique classique écrite par Mérite Aifa et Defne Signoret:

Les élèves au micro

Les élèves au micro

Bien que ce soit une pièce de théâtre, on peut lire ce texte aussi comme un roman. L’oralité du discours nous donne un effet théâtral. Le livre de Mustapha Benfodil, Le Point de vue de la mort, est intéressant car il est assez cru . L’auteur utilise souvent des termes familiers. Nous nous sommes questionnées sur son choix et lui avons demandé de s’expliquer là dessus lors de la rencontre, sa réponse fut «  pourquoi parlerait on comme ça dans la vie de tous les jours et pas dans un livre ? ». On comprend donc l’intérêt de ce langage.

Néanmoins cet ouvrage est touchant : on s’attache rapidement aux deux personnages principaux, Moussa et Aziz, car on suit leur quotidien tout au long du roman et leur personnalité est singulière. Moussa, dont on accompagne le cheminement de pensée tout au long du livre, décrit le monde dans lequel il vit de façon réaliste et de temps en temps pessimiste.

 Le point de vue de la mort est aussi une critique de l’Algérie actuelle.

Il dénonce la liberté d’expression qui est limitée. L’auteur est assez provocateur dans son écriture mais a un tempérament timide, que l’on a constaté en le rencontrant.

Le livre nous a beaucoup plu, l’histoire est atypique et la façon d’écrire aussi. Maintenant que nous l’avons lu et que nous avons rencontré l’auteur, cela nous donne envie de voir ce texte en pièce de théâtre.

On conseille à tous de lire Le Point de vue de la mort car après sa lecture on n’a plus le même « point de vue ».