Une adolescente s’est pendue dans la nuit de mardi 28 à mercredi 29 mai dans l’enceinte de son lycée, situé à Saint-Just à Marseille.

Une élève de Terminale du lycée privé Lacordaire, à Saint Just dans le 13 ème arrondissement de Marseille s’est donnée la mort par la pendaison dans l’enceinte de l’établissement selon les secours, d’après le quotidien régional La Provence. Maeva, 17 ans et originaire de Martigues était pensionnaire au lycée marseillais. Toujours selon La Provence, Maeva aurait quitté au cours de la nuit de mardi à mercredi sa chambre pour commettre l’acte irréparable. C’est son amie qui dormait dans la même pièce, qui l’a découverte. Les secours sur place n’ont pu constater que le décès de la jeune fille.

Le lycée Lacordaire

Le lycée Lacordaire.

 Un indice laissé sur Facebook.

France 3 Provence Alpes affirme que sur son compte Facebook,la jeune fille avait posté un message avec son téléphone portable, mardi 29 mai, aux alentours de 20h30 : « I saw a sad tree .. And a rope », « J’ai vu un arbre triste .. et une corde ». Ému, sous le choc, le directeur de l’établissement, Pierre-Jean Collomb, parle lui d’une jeune fille « riant encore hier soir (mardi soir) aux éclats » aux côtés de sa camarade de chambre. Une illusion car vers 23 heures, elle sort de l’établissement pour fumer une cigarette. Son corps sans vie, pendu à un arbre, sera retrouvé au petit matin dans le jardin du lycée.

Le directeur de l’établissement s’est exprimé: « On ne pouvait pas imaginer qu’elle était prête à se suicider« . Il s’est par ailleurs également exprimé auprès des élèves dans la matinée.

 Un lycée sous le choc.

L’incompréhension mêlée à la douleur et à l’émotion règne devant les grilles du lycée où les va-et-vient sont incessants. Certains, selon le quotidien gratuit Metro News osent à peine y croire. Des élèves étaient en ce mercredi matin au bord des larmes. Les cours n’ayant pas été assurés, une cellule psychologique a été mise en place. Prévenus par la direction, de nombreux parents sont venus chercher leurs enfants, dont une majeure partie est pensionnaire.

Dès mercredi, les élèves lui ont rendus hommage en créant une page Facebook pour rendre « hommage à la meilleure de toutes, partie trop tôt ».

La page facebook créée pour lui rendre hommage.

Une enquête a été ouverte.

Selon La Provence, l’enquête a été confiée aux policiers de la division Nord de la Sécurité publique de Marseille. La police va dès à présent tenter de comprendre les raisons de ce drame, qui a ému tout l’entourage de la jeune fille.

Le ministre de l’Education Nationale a exprimé en milieu de journée « sa plus vive émotion » à la suite de ce drame. Vincent Peillon « s’associe à la douleur de la famille et des proches de la jeune fille et assure de tout son soutien la communauté éducative », indique le communiqué du ministère de l’Education, précisant qu’à la demande du ministre, le recteur d’Académie s’était rendu dans l’établissement.

Mercredi matin, dans l’établissement de la mairie du 13 eme arrondissement, le lien avec la récente affaire Spotted sur Facebook était fait. Dénonçant le harcèlement des élèves entre eux, le directeur du lycée avait fait fermer cette page en mars dernier. Mais, selon lui, « Maéva n’était pas concernée », assure-t-il.

Selon le chef d’établissement, c’est le premier événement dramatique de ce genre depuis la création du lycée il y a 85 ans.

Nous avons évidemment une pensée pour ses proches et pour les élèves du lycée Lacordaire.

Stèvelan C-G