« Aujourd’hui, nous affichons un espoir et une force folle, emportés par des valeurs communes. Quatre millions de français ont dans un silence plein d’émotion marché ensemble ce dimanche 11 janvier 2015. Manifestation extraordinaire de l’unité d’un peuple, uni dans la douleur comme dans la joie. Affichant pancartes à messages solidaires, slogans, panneaux.

harlie2

Passant du slogan presque publicitaire « Je suis Charlie » au très pertinent « Not Afraid ».

Et bien justement, j’ai peur, quand bien même je suis de ceux qui croient en la puissance de l’amour.

J’ai peur de l’avenir de cette unité que nous sommes si fiers d’exhiber. Combien de temps encore resterons-nous soudés face à des politiques qui tentent d’utiliser à leurs avantages cette peur ? Résisterons-nous à cette médiatisation effrénée ? Combien de temps sommes-nous prêts à nous battre ?

J’assiste à des actions qui soulèvent mon cœur et rassurent mon âme. Ouf, il y a encore une Humanité, me dis-je. Et puis, tout se bouscule lorsque je vois que certains ont cessé de se battre, se trompent de combat ou pis encore qu’ils ne se sont jamais battus.

La mort de 12, 18, 2000, 45 000 êtres humains est-elle à ce point négligeable ?

Être Charlie ne se limite pas à l’attentat où la France a perdu 12 de ses enfants. Etre Charlie ne s’arrête pas à la mort de ces otages de l’Hyper Cacher. Etre Charlie ne s’arrête pas à la mort des frères Kouachi et Coulibaly ni même à la marche citoyenne.

Être Charlie, c’est être en lutte active, c’est être encore et toujours rempli d’espoir. Être Charlie, c’est croire fortement que nous n’avons pas peur des trous de balles.

Puisque nos mots et nos dessins sont tout comme vos armes et votre virulente violence capable de transpercer des cœurs. »