Erythropyge

Le mot du jour : Erythropyge

En SVT à Thiers, parfois, il nous arrive de disséquer des animaux. Des petits, hein, des grenouilles ou des rats. Mais après avoir entendu le professeur parler pendant vingt minutes des consignes de sécurité (non mon enfant, tu n’as pas le droit de manger le rat, et non, tu n’as pas le droit de ramener son cadavre chez toi dans ton sac), on n’a qu’une envie, se jeter dessus et tout disséquer. Mais non, il faut aussi remplir une fiche où on écrit les caractéristiques de la bestiole : taille de la tête, couleur du cerveau, couleur des viscères, etc..

On inspecte, on se prend pour un expert, et on finit inévitablement par observer les entrailles de la bête. Et parfois, on se rend compte que le ‘conduit d’évacuation’ de l’animal est tout rouge. Oui, rouge, rouge comme un anus de chimpanzé. Mais comment on écrit ça, sur la fiche qui va être corrigée par M. Essevété, ton prof de SVT ? « A l’anus en feu » ?

Et ainsi les hommes créèrent le mot « érythropyge ».

Erythropyge, du grec ancien ἐρυθρόπυγή, signifie « fesses rouges ». Beaucoup de singes (dont les babouins) ont cette charmante caractéristique, pathologique chez les hommes.

Synonyme : Avoir l’anus rouge.

Exemple : Le babouin qu’on a enfermé sous les combles de Thiers.