Suite à une discussion avec plusieurs élèves du lycée, j’ai remarqué qu’une majorité était fermée à l’idée de l’homosexualité. Pour eux, il est impossible d’envisager d’avoir un(e) ami(e) homo. Certains sont même fiers d’être homophobes.
Je croyais qu’au lycée, l’ouverture d’esprit serait partagée par un plus grand nombre. Face à ce poids des préjugés, j’ai décidé de réagir par un poème  qui décrit la beauté d’aimer et dénonce l’absurdité d’exclure.

Il aimait les garçons,

Est ce une orientation ?

Il était constamment jugé,

Rabaissé et blessé…

Il savait aimer.

Il savait apprécier.

Il continuerait à aimer,

De tout son cœur, de tout son être sans être terrifié

Peu importe sur qui se jetait son dévolu

Un ami, une connaissance, un inconnu,

Il aimait

Autant qu’il pouvait

Chaque fois plus encore,

Plus encore chaque fois

Scan homophobie 2

Dessin réalisé par Mélanie

Il était fier de son homosexualité

Il ne la cachait pas mais la montrait

Pour lui, ce n’était pas un secret,

Il n’était pas comme les autres le voyait.

Malgré sa vie très tranquille,

Remplie de gourmandise,

Un groupe de personnes l’avait insulté

Injurié et de tous les noms traité

Puis ils l’avaient saisi par le col

Et l’avaient jeté au sol

Ils avaient ensuite commencé à le frapper

Ils l’avaient heurté, brutalisé

C’était d’une telle violence,

Comme pour se venger d’une offense,

A leurs yeux, d’une insolence,

Ils haïssaient sa romance…

 

Ils le frappaient si fort qu’il avait peur

De ne plus pouvoir offrir son cœur

Comme cela lui semblait si facile autrefois

Avec une main il se protégea

Et avec l’autre tenta au mieux de cacher son visage

Les coups lui arrachèrent des grimaces

Il n’osait plus bouger,

Il n’avait qu’une envie, celle de crier

Mais les mots étaient muets.

Il était paralysé

Autant physiquement

Que mentalement

Scan homophobie

Dessin réalisé par Mélanie – Le corps harmonieux de la statuaire grecque

 

Les coups de pieds pleuvaient,

Ils s’acharnaient.

Son seul péché, c’était d’être tombé sur cette bande,

Une bande d’homophobes

Qui ne voulait pas s’arrêter

Déversant leur haine sur cet homme qui n’avait rien demandé

Il voulait résister

Il espérait se relever

Il voulait continuer à offrir ses sentiments

Aussi aisément qu’auparavant

Puis il eut une dernière pensée

Pour toutes les personnes qui se font humilier

Pour leur différence ou leur homosexualité.

Épuisé par sa lutte, il ferma les yeux

Il oublia cette haine et resta harmonieux

Il laissa pour la première fois cet amour disparaître

Dans la fumée de sa cigarette…

 

Il avait aimé et avait été aimé,

Il avait été aimé et avait aimé.

Ce n’était pas très compliqué et pourtant si,

Il avait été confronté à l’homophobie.

Et son être s’était sacrifié

Pour les personnes du monde entier…

Il était décédé

Parce qu’il avait assumé son homosexualité

Devant des personnes trop haineuses

Pour comprendre que la différence est précieuse…

 

Il y a trop de personnes qui rejettent autrui,

Trop de personnes peu ouvertes d’esprits.

« C’est contre nature, ils sont de même sexe »

Ils trouvent cela guignolesque…

L’homosexualité c’est juste deux personnes qui s’aiment

C’est le même système

Pourquoi tout le monde devrait-il avoir la même vie ?

Le même destin, et pire que tout le même avis ?